← retour à la liste

Pour le retrait des rochers de la honte

NON AUX ROCHERS DE LA HONTE !

Mercredi 10 novembre, nous avons appris avec honte et colère que la ville de Montpellier avait fait installer des rochers anti-SDF sous le viaduc Alphonse Loubat à proximité du Corum, pour en chasser les sans-abris qui s’y trouvaient là. Une démarche assumée par la majorité dans cet article de la Gazette (https://www.lagazettedemontpellier.fr/live/618bfeab45bae82c021d782e/montpellier-des-pierres-anti-sdf-creent-la-polemique). À l’approche de l'hiver, la municipalité fait donc le choix de dépenser de l’argent public, non pas pour trouver des solutions pérennes à ces personnes, mais pour les déloger avec ce qu’ils ont trouvé de plus froid et inhospitalier : des pierres !

Nous réclamons le retrait de ces rochers de la honte. Nous répétons que l’urgence n’est pas de repousser et de traquer les pauvres mais de chasser la pauvreté.

PETITE VICTOIRE

Grâce à votre mobilisation rapide le maire a été contrait de faire retirer les rochers situés à côté du Corum. C’est une petite victoire et la preuve que le regroupement d’habitants et d’habitantes peut faire changer les choses. Nous vous remercions de votre engagement vigilant pour l’humanité et la dignité car aucun·e montpelliérain-e ne mérite un tel traitement de la part de sa commune. Cependant la mairie s’est contentée de retirer les plus visibles, les rochers sous le Polygone sont encore présents.

GROS MENSONGE

Après avoir rétropédalé sur les rochers les plus voyants, le maire s’est enfoncé dans des explications loufoques en méprisant l’intelligence des habitant·e·s et en donnant l’impression qu’il n’a toujours pas pris conscience de son acte inhumain. En effet face à la polémique la mairie a fini par réagir dans les termes suivants : « Sous le pont du Corum, des rochers ont été installés provisoirement pour éviter des stationnements sauvages de véhicules notamment. Après quelques jours d’expérimentation non concluante, ils ont été retirés en début de semaine dans l’attente d’un nouveau dispositif pérenne ». Mais quel habitant de la ville peut croire à une telle explication ? Il est impossible de se garer sous le pont du Corum du fait des piliers, en revanche la présence de sans-abris y est régulière, notamment du fait que la Halte Solidarité (accueil de jour, repas et douches) se trouve à proximité. Retrouvez la réaction de la ville dans cet article du Métropolitain : https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/montpellier-face-a-la-polemique-des-rochers-de-la-honte-la-ville-reagit_46397395.html

OBJECTIF 7 500 SIGNATURES

Le mardi 30 novembre aura lieu le prochain conseil municipal de Montpellier. Ce moment rassemblera le maire et tous les élus de la ville. Ce sera l’occasion de mettre ce sujet à l'ordre du jour et de réclamer le retrait des rochers par la voix d’Alenka Doulain, élue municipale. Pour cela 7 500 signatures sont nécessaires. En effet le maire avait mentionné qu’avec un tel nombre, un sujet pourrait être mis à l’ordre du jour. Signez et faites signer !

%%votre signature%%



NON AUX ROCHERS DE LA HONTE !
991 signatures = 13% de l’objectif
0
7,500

NON AUX ROCHERS DE LA HONTE !

Mercredi 10 novembre, nous avons appris avec honte et colère que la ville de Montpellier avait fait installer des rochers anti-SDF sous le viaduc Alphonse Loubat à proximité du Corum, pour en chasser les sans-abris qui s’y trouvaient là. Une démarche assumée par la majorité dans cet article de la Gazette. À l’approche de l’hiver, la municipalité fait donc le choix de dépenser de l’argent public, non pas pour trouver des solutions pérennes à ces personnes, mais pour les déloger avec ce qu’ils ont trouvé de plus froid et inhospitalier : des pierres !

Nous réclamons le retrait de ces rochers de la honte. Nous répétons que l’urgence n’est pas de repousser et de traquer les pauvres mais de chasser la pauvreté.

PETITE VICTOIRE
Grâce à votre mobilisation rapide le maire a été contrait de faire retirer les rochers situés à côté du Corum. C’est une petite victoire et la preuve que le regroupement d’habitants et d’habitantes peut faire changer les choses. Nous vous remercions de votre engagement vigilant pour l’humanité et la dignité car aucun·e montpelliérain·e ne mérite un tel traitement de la part de sa commune. Cependant la mairie s’est contentée de retirer les plus visibles, les rochers sous le Polygone sont encore présents.

GROS MENSONGE
Après avoir rétropédalé sur les rochers les plus voyants, le maire s’est enfoncé dans des explications loufoques en méprisant l’intelligence des habitant·e·s et en donnant l’impression qu’il n’a toujours pas pris conscience de son acte inhumain. En effet face à la polémique la mairie a fini par réagir dans les termes suivants : « Sous le pont du Corum, des rochers ont été installés provisoirement pour éviter des stationnements sauvages de véhicules notamment. Après quelques jours d’expérimentation non concluante, ils ont été retirés en début de semaine dans l’attente d’un nouveau dispositif pérenne ». Mais quel habitant de la ville peut croire à une telle explication ? Il est impossible de se garer sous le pont du Corum du fait des piliers, en revanche la présence de sans-abris y est régulière, notamment du fait que la Halte Solidarité (accueil de jour, repas et douches) se trouve à proximité. Retrouvez la réaction de la ville dans cet article du Métropolitain.

Entre excuses bidon et retrait partiel, pour nous cette pétition est plus que jamais nécessaire. Nous voulons des explications claires de la part du maire et l’engagement que nous n’aurons plus jamais à faire à ce genre de dispositif. Tous les moyens publics doivent être concentrés dans la lutte contre le sans-abrisme, pas contre les sans-abris.

OBJECTIF 7 500 SIGNATURES
Le mardi 30 novembre aura lieu le prochain conseil municipal de Montpellier. Ce moment rassemblera le maire et tous les élus de la ville. Ce sera l’occasion de mettre ce sujet à l’ordre du jour et de réclamer le retrait des rochers par la voix d’Alenka Doulain, élue municipale. Pour cela 7 500 signatures sont nécessaires. En effet le maire avait mentionné qu’avec un tel nombre, un sujet pourrait être mis à l’ordre du jour. Signez et faites signer !

Article publié le : 11 novembre 2021