La compétence eau potable, assurée par la Métropole, est gérée en régie publique pour la ville de Montpellier et 12 autres communes de la Métropole. La population de 379 000 habitant·e·s desservie par la Régie des eaux est alimentée en eau potable par la source du Lez. Cependant, nos besoins étant trop élevés durant la période estivale, nous dépendons en grande partie de l’eau du Rhône de 2 à 4 mois dans l’année. Le volume annuel prélevé au Lez et au Rhône est de 33 317 000 m3 en 2018 soit l’équivalent de 9 945 piscines Olympique dont 22.5% correspondant à 7 496 000 m3 partent dans les fuites du réseau et n’iront jamais jusqu’à notre robinet. Les études prospectives annoncent une baisse de 30% des débits des rivières sur les 20 prochaines années (de -10% à -40% pour le Rhône d’ici à 2070). Notre dépendance à l’eau du Rhône à un coût: jusqu’à 3 millions d’euros reversés chaque année à la société Bas Rhône Languedoc (BRL). Un Observatoire de l’Eau, mis en place en 2017 afin de rendre transparente la gestion de l’eau, a été très vite rendu inopérant et inefficace par l’inertie de la Métropole au point que les membres du bureau ont tous démissionné en juillet 2018. Cet Observatoire a été supprimé en Décembre 2018 par Mr Saurel.

La compétence Assainissement, assurée par la Métropole, est déléguée par des compagnies privées depuis plus de 20 ans, entraînant une vision de court terme sur ces questions. Nous avons dans notre métropole une expertise forte qui gagnerait à être appliquée pour mettre la gestion de l’eau à Montpellier à l’avant-garde de l’adaptation au changement climatique. La station d’épuration MAERA, située sur la commune de Lattes traite les effluents de 19 communes soit environ 423 000 habitant·e·s. L’atteinte de la limite de capacité de la station d’épuration combinée à l’imperméabilisation croissante des sols de notre territoire ont pour conséquence le déversement d’eaux usées non traitées directement dans le Lez à partir d’une pluie de 2mm. Le volume d’eaux usées ainsi rejeté était de 1 662 000 m3 en 2018. Le couac concernant l’annulation de la modernisation de la station MAERA ne permettra pas de venir améliorer cette situation avant plusieurs années.

NOTRE PROJET

Aujourd’hui, les instances autour de la gestion de l’eau sont nombreuses et les solutions existent et sont bien connues. Néanmoins la population n’est pas réellement impliquée, ne connaît ni les enjeux ni les solutions, et peu d’actions sont réellement entreprises pour améliorer la gestion du cycle de l’eau sur le long terme.

Nous voulons que la Métropole reprenne réellement la main sur la gestion de l’eau dans sa globalité (de l’eau potable à l’assainissement) et que la population soit mise au centre de la gestion de l’eau. Pour cela nous porterons au sein de la Métropole la volonté d’une extension de la régie de l’eau potable et du retour en régie de l’assainissement.

Enfin, conscients de l’importance d’une gestion équilibrée et de long terme des ressources en eau, nous voulons adapter la ville face aux effets du changement climatique. Il apparaît alors nécessaire de baisser drastiquement nos prélèvements sur la ressource par une optimisation de nos usages et d’agir pour continuer de bénéficier d’une eau en quantité et qualité suffisante grâce à un travail transversal associant les divers services de la Métropole (Urbanisme, Espaces Verts, Eau, Assainissement, Pluvial Environnement,..) ainsi que la population, la profession agricole, les services de l’Etat et le monde de la recherche.

Mais notre projet sur la gestion de l’eau ne s’arrête pas aux sujets de l’approvisionnement en eau potable et de l’assainissement. Gérer les écoulements lors des fortes pluies, désimperméabiliser les sols pour limiter les risques lors des inondations et pour protéger la ressource en eau, renaturer les cours d’eau pour améliorer leur résilience face aux effets du changement climatique et pour en faire des couloirs de nature et de respiration, autant d’enjeux sur lesquels nous nous positionnons fortement au travers des sujets de l’urbanisme et de la nature en ville.

NOS MESURES

#1

Retour en régie publique de l’assainissement en 2021

En savoir plus
#2

Création du « Comité Eau et Adaptation au Changement Climatique »

En savoir plus
#3

Lancement d’un programme Recherche-Action « économies d’eau »

En savoir plus

En vue des bouleversements des cycles de l’eau qui frappent déjà notre territoire, il est indispensable de reprendre la main sur l’eau et l’assainissement à Montpellier !

Vous pouvez soumettre de nouvelles propositions sur lesquelles le mouvement Nous Sommes et sa tête de liste Alenka Doulain pourraient s’engager si ils reçoivent le consentement du collectif.