Pour une politique culture équilibrée au service de toute la population

À Montpellier, l’offre culturelle est importante. Depuis l’arrivée au pouvoir de Georges Frêche, la culture est devenue pour les maires successifs un objet d’instrumentalisation dans leur vision du développement de la ville. Grâce à des établissements et des événements prestigieux, il s’agit de proposer une offre culturelle de rayonnement national, voire international, afin de rendre Montpellier attractive pour les entreprises, les nouveaux arrivants, et les touristes.
Les édiles successifs n’ont jamais hésité à intervenir directement dans les affaires culturelles, parfois de manière brutale : coupures de subventions, reprise en main d’établissements gérés par des fédérations d’associations, prise en compte insuffisante de la culture populaire, verrouillage de poste-clés de direction, etc.
Enfin, nous constatons que, dans l’état actuel des choses, il est pratiquement impossible de distinguer les politiques culturelles de la Métropole de celles de la ville-centre.

NOTRE PROJET

Pour NousSommes, la culture ne peut pas se résumer à une offre instrumentalisée au profit de la communication politique. Elle ne peut pas se résumer à un élément d’attractivité du territoire et de levier économique. La culture est un bien public et son accès doit être facilité. La force de Montpellier est son multiculturalisme, nous devons accepter, valoriser et célébrer la diversité.
Nous sommes la culture !
La participation citoyenne doit être au cœur des politiques culturelles municipales et métropolitaines. À l’offre culturelle doit se joindre une éducation artistique plus ambitieuse, donnant les clés de lecture, une médiation culturelle tendant au développement du regard critique, et une pratique de création, libératrice et émancipatrice.
Notre conception de la politique culturelle s’inscrit pleinement dans le respect des droits culturels, tels que définis dans la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de l’Unesco du 20 octobre 2005, citée à l’article 103 de la loi NOTRe :

« La responsabilité en matière culturelle est exercée conjointement par les collectivités territoriales et l’État dans le respect des droits culturels énoncés par la convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles du 20 octobre 2005 »

Les droits culturels sont des droits humains à part entière qui désignent le droit à l’éducation et le droit de participer à la vie culturelle. Ils visent à garantir à toute personne la liberté de vivre son identité culturelle, comprise comme « l’ensemble des références culturelles par lesquelles une personne, seule ou en commun, se définit, se constitue, communique et entend être reconnue dans sa dignité ».
En application de ces principes, nous sommes déterminés de tout faire afin de promouvoir l’égalité entre hommes et femmes dans le domaine culturel, et donc rétablir la parité dans les expressions et les pratiques culturelles, à tous les niveaux.
Pour se perpétuer, le système économique dominant fait tout pour créer chez nous des besoins de consommation, et pour nous faire croire que notre bonheur provient essentiellement de la satisfaction de ceux-ci. Nous adorons consommer des produits culturels : livre, film, musique, théâtre, expo, patrimoine, gastronomie, numérique, etc. Mais on doit également pouvoir éprouver la satisfaction de soi-même réaliser, produire, créer et diffuser.
Nous voulons impulser une politique culturelle qui laisse réellement toute leur place aux cultures populaires et dans le respect de la mixité sociale. Il ne s’agit pas d’opposer une esthétique à une autre, mais bien d’améliorer la répartition des moyens. Il est temps de redonner de la confiance et des moyens d’action aux initiatives émanant de la société civile, des habitants et habitantes et de leurs associations, sans poser de conditions politiciennes.
Une réflexion sera menée sur les rôles des Maisons pour Tous. Dans ce cadre, les objectifs culturels seront d’en faire d’une part des relais pour les lieux prestigieux dans la diffusion des œuvres dites majeures, et d’autre part des incubateurs pour favoriser l’expression culturelle et artistique de chacun.
Les médiathèques sont les lieux de partages et d’échanges culturels les plus fréquentés par une majorité de la population. Nous sommes attachés à leur préservation, leur développement et leur évolution au profit de l’ensemble de la population.
Nous voulons favoriser l’acte de création, notamment en laissant à nos concitoyennes et concitoyens le soin de développer leurs propres pratiques artistiques et culturelles. Nous espérons favoriser le respect et l’association de toutes les pratiques, qu’elles soient amateures ou professionnelles.
Nous espérons également susciter une meilleure perméabilité entre les pratiques amateures, semi-professionnelles et professionnelles.

Nous avons pour ambition de faire de Montpellier un jardin fertile, un terreau de créativité et d’expression !

Mesures générales et chroniques

  • Audits pour identifier les moyens mis aux grandes institutions culturelles par rapport aux services de popularisation culturelle de proximité (MPT, associations., etc.) ;
  • Évaluation des conséquences environnementales des pratiques culturelles, telles que festivals, non pas à cause des gestes artistiques eux-mêmes, mais à cause des infrastructures et de la logistique.

NOS MESURES

#1

Création de tiers-lieux ouverts, en faisant notamment évoluer le MOCO

En savoir plus
#2

Des médiathèques gratuites et pensées par et pour leurs usagers

En savoir plus
#3

Faciliter l'accès à des salles, notamment a un lieu de répétition pour la pratique de la musique

En savoir plus
#4

Donner l'accès à la culture : partout, pour toutes et pour tous

En savoir plus

« Je me révolte, donc nous sommes. »

Albert Camus - L'Homme révolté

Vous pouvez soumettre de nouvelles propositions sur lesquelles le mouvement Nous Sommes et sa tête de liste Alenka Doulain pourraient s’engager si ils reçoivent le consentement du collectif.