Montpellier et ses ainés

Lors du dernier recensement en 2015, la part des personnes âgées à Montpellier représentait 14, 1% de la population (la part des moins de 20 ans représentait 23, 2%).

Les retraité·es représentent 27 % des personnes seules dans l’agglomération de Montpellier. La communauté étudiante représente, elle, 17 % des adultes vivant seuls. Néanmoins, dans certaines communes, le nombre de retraité·es vivant seul·es dépasse les 50 % comme à Saint-Gély-du-Fesc, Saint-Jean-de-Védas, Teyran ou encore Pérols.

L’isolement des personnes âgées est d’autant plus inquiétant que l’on observe un vieillissement de la population dans l’agglomération. Si l’âge médian dans la Commune de Montpellier se maintient à 32 ans entre 1990 et 2014, ce chiffre augmente considérablement en banlieue et passe de 35 ans à 42 ans durant cette période. Un quart de la population des communes de la banlieue a 59 ans ou plus en 2014 alors que ce chiffre était de 50 ans en 1990.

Le vieillissement est une question transversale qu’il faut traiter par une politique globale si on veut lutter efficacement contre l’isolement et améliorer la qualité de vie de nos aîné·es. Il faut donc intégrer la question de la vieillesse dans les réflexions menées en matière de logement, de santé, de culture, de démocratie, de mobilité, d’environnement, etc.

Le logement, première condition de lutte contre la dépendance et l’isolement

Un logement adéquat contribue à préserver l’indépendance des aîné·es et leur qualité de vie. La ville doit donc favoriser l’offre en tenant compte des questions d’accessibilité et d’adaptation des logements et des services.

Il faut distinguer le maintien à domicile, aujourd’hui conçu comme une priorité, et l’accueil en institution. À domicile, les familles bénéficient des services de soins infirmiers, qui dépendent de l’assurance maladie, ou des services d’aide à domicile, financés par l’allocation personnalisée d’autonomie ou par les familles elles-mêmes.

Dans les deux cas, l’offre de services se révèle insuffisante pour répondre à une demande croissante.

Le maintien à domicile
La plupart des personnes âgées veulent vivre chez elle aussi longtemps que possible. De plus les “soins à domicile” et “vieillir à la maison” coûtent généralement moins cher.

Mais vieillir chez soi veut souvent dire :

  • vivre seul·e et sans toujours bénéficier de visites ou aide des voisins,
  • avoir du mal à entretenir son logement,
  • avoir une voiture pour accéder aux services.

Les maisons de retraite
L’offre d’hébergement en EPHAD laisse un double constat : les personnes âgées souffrent d’un manque de reconnaissance et le placement en institution est vécu comme un isolement générationnel et spatial.

La ville de Montpellier a lancé en 2018 un projet de cohabitation étudiante dans 5 EPHAD qui permet à 2 étudiant·es d’être logé·es en échange de 3h de service par semaine. Les personnes âgées et les étudiant·es apprécient cette expérience qui devrait être étendue mais cela ne suffit pas.

L’inclusion des personnes âgées dans la vie de la cité

Les transports en commun sont encore insuffisants et onéreux pour certaines bourses. Les trottoirs sont trop souvent impraticables. Les commerces et services de proximité, comme la Poste à Boutonnet ou la clinique Saint Jean, ferment.
L’accès aux services, à l’information, à la culture est de plus en plus souvent exclusivement numérique .La fracture numérique ne concerne pas que les personnes âgées mais elles sont souvent touchées par ce phénomène.

D’une manière générale, le lien social et intergénérationnel est insuffisant dans la ville de Montpellier.

Montpellier a intégré en 2019 le réseau des « villes amies des ainé·es » mais on ne peut se contenter d’apposer un label, il faut avoir des projets concrets pour recréer du lien, sortir les habitantes et les habitants de l’isolement.

NOTRE PROJET

La question de la place des aîné·es dans la ville est transversale et devra être prise en compte avant de définir et mettre en œuvre l’action politique dans quelque domaine que ce soit : santé, transports, logement, démocratie, culture, environnement, etc.

Nous ne pouvons développer ici tous ces thèmes et renvoyons les lectrices et les lecteurs aux livrets thématiques sur ces différents sujets.

Dans le présent livret, nos objectifs en faveur des personnes âgées sont axés sur le logement et la fracture numérique.

Nos mesures pour Montpellier et ses aîné·es

#1

Favoriser le logement participatif et la colocation intergénérationnelle

En savoir plus

« Il y a urgence à réenchanter politiquement la solidarité »

Axelle Brodiez Bodino, le Monde 10 mai 2016

Vous pouvez soumettre de nouvelles propositions sur lesquelles le mouvement Nous Sommes et sa tête de liste Alenka Doulain pourraient s’engager si ils reçoivent le consentement du collectif.