Le bilan du Maire sortant sur la sécurité est très insatisfaisant. Les moyens mis en œuvre peuvent à première vue paraître positifs : recrutement de 50 policiers municipaux sur le mandat, et investissement dans des équipements comme le poste de police mobile. Pourtant, cette politique est un échec du point de vue des résultats car le sentiment d’insécurité augmente et la population n’a plus confiance en sa police. Les tensions semblent grandissantes dans une ville autrefois réputée pour sa douceur de vivre. 

Sur l’évolution du cadre de vie à Montpellier, nous déplorons aujourd’hui :

  • un nombre croissant d’incivilités et de délinquance routière (téléphone au volant, feux rouges grillés, respect des limitations de vitesse, stationnement gênant),
  • un sentiment d’insécurité très présent la nuit dans le quartier Écusson, touchant en particulier les femmes.

Sur le cœur de mission de la Police municipale, nous déplorons aujourd’hui: 

  • un manque de présence et de visibilité de la Police Municipale dans la ville, notamment dans la relation de proximité avec les habitant.e.s, les commerçant.e.s, les associations,
  • un manque de présence de la Police Municipale ou des services de l’éducation aux abords des écoles,
  • une absence de politique claire de prévention auprès de la population, et notamment des jeunes.

Sur les moyens attribués à la Police Municipale, nous déplorons aujourd’hui: 

  • un poste de police municipale principal situé au rez-de-chaussée d’un immeuble d’habitation sans possibilité de stationnement à proximité, avec des horaires d’ouverture non adaptés aux horaires de vie des montpelliéraines et montpelliérains,
  • un contact par téléphone rendu compliqué : un numéro de téléphone pour joindre la PM la journée et un autre la nuit,
  • un poste de police mobile mal utilisé : selon les quartiers, les habitant.e.s n’osent pas toujours en y entrer par peur d’être repéré,
  • un nombre de policiers municipaux insuffisant par rapport au nombre d’habitant·e·s de la ville ; en moyenne le taux est de 1 agent pour 1000 habitant.e.s, à Montpellier ce taux est de 1 PM pour 1530 habitant·e·s,
  • un manque de moyens pour ces agents, notamment concernant les locaux et vestiaires qui influent sur les conditions de travail.

Sur la relation entre Police Municipale et Police Nationale, nous déplorons aujourd’hui: 

  • une usure générale au sein de la Police nationale, qui souffre de problématiques de gestion des relations humaines alors qu’elle a vu son activité judiciaire augmenter ces dernières années.
  • une Police Nationale qui n’a pas toujours les moyens d’assurer une bonne présence sur le terrain ;
  • des services (Département, Préfecture, Ville) qui ne coopèrent pas et se renvoient la balle sur des problématiques importantes comme le trafic de drogue ou l’accompagnement des mineurs isolés.

NOTRE PROJET

Nous sommes résolument pour une ville qui protège ses habitants. Une citoyenne, un citoyen qui ne se sent pas en sûreté n’est pas libre : c’est pourquoi la collectivité doit agir partout où cela est possible pour garantir le droit à la tranquillité pour toutes et tous.

Si le maintien de l’ordre est une prérogative régalienne, la garantie de la tranquillité publique est à la charge du Maire. La Police Municipale doit être un facilitateur de la vie collective : nous choisissons donc de développer des mesures de long terme qui ont une portée stratégique. Une action adaptée au territoire, coordonnée, et pensée sur l’ensemble de la chaîne d’intervention – éducation, prévention, dissuasion, répression – est nécessaire et possible à Montpellier. Il est temps pour la 7ème ville de France de se doter d’une politique de tranquillité publique digne de ce nom. Cette politique se décline selon trois axes principaux: la proximité, la coordination, la prévention et l’innovation qui seront rendues possibles par de nouveaux moyens.

POUR UNE VÉRITABLE POLICE DE PROXIMITÉ

#1

Déployer une police de proximité adaptée aux besoins des quartiers

En savoir plus
#2

Une nouvelle organisation des quartiers, avec nomination de référents

En savoir plus
#3

Des agents de sécurité et de médiation dans les transports pour diminuer le sentiment d’insécurité

En savoir plus
#4

Réalisation d’une étude de sûreté sur l'ensemble des écoles

En savoir plus

POUR UNE PRÉVENTION ACTIVE DES RISQUES

#1

Prévention et action auprès des jeunes et des scolaires pour favoriser le bien-vivre ensemble

En savoir plus
#3

Des campagnes de prévention pour une ville libérée du sexisme et des violences machistes

En savoir plus
#4

Création d’un lieu de consommation à moindre risque

En savoir plus

#1

Un nouveau poste de police pour l’ouest Montpelliérain

En savoir plus
#2

Le recrutement de 50 agents supplémentaires et une police connectée

En savoir plus
#3

Renforcer la coordination des polices par une nouvelle convention

En savoir plus
#4

Formation sur les violences envers les femmes et la communauté LGBTQI+

En savoir plus

Vous pouvez soumettre de nouvelles propositions sur lesquelles le mouvement Nous Sommes et sa tête de liste Alenka Doulain pourraient s’engager si ils reçoivent le consentement du collectif.